Gestion de la crise : mes questions au Conseil fédéral

29 Mar 2020

Voici le lettre que j’ai adressée le 28 mars 2020 au Conseil fédéral concernant la manière dont la crise sanitaire a été anticipée. Je publierai la réponse qui sera donnée. Je conseille la lecture de deux interviews du Professeur Marcel Salathé (Directeur du Campus Biotech et professeur à l’EPFL) dans Le Temps du 26 mars 2020 (www.letemps.ch/sciences/marcel-salathe-crains-ne-devions-aller-vers-mesures-plus-strictes) et de Pascal Marichalar (chercheur au CNRS) (https://laviedesidees.fr/Savoir-et-prevoir.html).

——

Madame la Présidente de la Confédération,

Mesdames les Conseillères fédérales,

Messieurs les Conseillers fédéraux,

Les Chambres fédérales ne se réuniront pas dans l’immédiat. Je n’ai dès lors pas le loisir de formuler plusieurs questions sur la gestion de la crise sanitaire, avant plusieurs semaines.

Or, je serai appelé à intervenir dans l’intervalle sur les mesures prises par votre Conseil. Il m’importe de mieux comprendre certains aspects qui ont dicté les choix de ce dernier.

Dans cette perspective, je me permets de vous soumettre les questions suivantes auxquelles je vous serais très reconnaissant, ou à vos services, de répondre.

Bien que n’étant pas un scientifique, je peux cependant, comme tout un chacun, saisir que, dès janvier, le virus était connu, séquencé et que le risque de pandémie était établi et pouvait être considéré comme une urgence sanitaire internationale.

Cela résulte des articles suivants, parus dans la revue de référence Science, librement accessibles sur Internet :

  • 11 janvier : Chines researchers reveal draft genome of virus implicated in Wuhan pneumonia outbreak[2]
  • 30
    janvier : Outbreak of virus from China declared global emergency[3]
  • 3
    février : Study claiming new coronavirus can be transmitted by people
    without symptoms was flawed
    [4]

Je pars de l’idée que l’Office fédéral de la santé publique et le Conseil fédéral en ont eu connaissance.

Ces articles mettent en lumière en particulier les faits suivants.

Un test permettant le dépistage a été créé dès le 9 janvier.

Dès le début du mois de février, la complexité de la réponse sanitaire à la pandémie était connue. Il est mentionné dans ces articles que la maladie pouvait présenter des formes asymptomatiques et que des patients asymptomatiques pouvaient être contagieux. Il en résulte qu’il aurait fallu sans doute procéder à de nombreux dépistages et que les tests auraient dû être produits en très grandes quantités.

De même, en février toujours, le taux de mortalité de 2% était connu ainsi que la possibilité que 20% des patients contaminés puissent être atteints gravement, au point de nécessiter des hospitalisations. Ainsi, le risque de saturation du système hospitalier semble avoir été identifié dès ce moment-là. Il en va de même de l’efficacité des mesures prises en Chine pour ralentir la progression du virus, comme la fermeture des certaines entreprises, des écoles, des lieux de loisirs et l’interdiction des rassemblements.

Les auteurs de l’article du 25 février font état de leurs craintes face à l’inaction des autorités étatiques concernant ce qui semble avoir été, dès février, considéré comme une pandémie par la communauté scientifique.

Dès la fin du mois de février, il semble qu’il était établi que les mesures précitées étaient à même de résoudre la crise, de même que des dépistages massifs et très rapides, permettant l’isolement immédiat des personnes testées positivement.

Le 16 mars, le Conseil fédéral a déclaré l’état d’urgence.

Voici mes questions :

  1. Le Conseil fédéral a-t-il pris en considération les avis de la communauté scientifique ?
  2. A partir de quelle date a-t-il commencé à planifier la gestion de la crise sanitaire ?
  3. Sur quel modèle le Conseil fédéral s’appuie-t-il pour agir contre la pandémie ?
  4. Quelles mesures ont été prises en janvier et en février 2020 pour se préparer à faire face à la crise sanitaire du Covid-19 ?

Je pense en particulier à la préparation des hôpitaux à devoir accueillir, en très peu de temps, de nombreux patients dont beaucoup nécessite une assistance respiratoire et à la production de tests de dépistages, de masques de protection pour les travailleurs du système de soins et de matériel d’assistance respiratoire.

Ainsi qu’il en va pour les questions posées par les parlementaires à votre Conseil lors des sessions, je me permets de rendre public ce courrier notamment sur mon site Internet www.christiandandres.ch.

En vous remerciant de la suite que vous donnerez à cette lettre, je vous prie de croire, Madame la Présidente de la Confédération, Mesdames les Conseillères fédérales, Messieurs les Conseillers fédéraux, à l’assurance de ma haute considération.

                                                                    Christian Dandrès, Conseiller national


[1] www.sciencemag.org/news/2020/01/scientists-urge-china-quickly-share-data-virus-linked-pneumonia-outbreak

[2] www.sciencemag.org/news/2020/01/chinese-researchers-reveal-draft-genome-virus-implicated-wuhan-pneumonia-outbreak

[3] www.sciencemag.org/news/2020/01/outbreak-virus-china-declared-global-emergency

[4] www.sciencemag.org/news/2020/02/paper-non-symptomatic-patient-transmitting-coronavirus-wrong

[5]
www.sciencemag.org/news/2020/02/beast-moving-very-fast-will-new-coronavirus-be-contained-or-go-pandemic

[6]
www.sciencemag.org/news/2020/02/labs-scramble-spot-hidden-coronavirus-infections

[7]
www.sciencemag.org/news/2020/02/coronavirus-seems-unstoppable-what-should-world-do-now

[8] www.sciencemag.org/news/2020/03/china-s-aggressive-measures-have-slowed-coronavirus-they-may-not-work-other-countries


J’ai reçu le 11 avril 2020, par courrier électronique et sous la plume de Monsieur Daniel Storch, la réponse suivante :

Sehr geehrter Herr Dandrès

Bitte entschuldigen Sie bitte die späte Rückmeldung. Ihre Anfrage wurde an das unpersönliche Postfach 2019-nCov beim BAG gerichtet welches zurzeit sehr stark belastet ist.

Ich kann ihre Anfragen wie folgt beantworten:

  1. Hat der Bundesrat die Stellungnahmen der wissenschaftlichen Gemeinschaft berücksichtigt?

Die Kontakte mit der Wissenschaft haben immer bestanden. Mit der Etablierung des ad-hoc Krisenstabes des Bundesrates wurde eine Taskforce Wissenschaft gegründet, sodass noch eine

engere und geordnete Zusammenarbeit stattfinden kann.

  • Ab welchem Datum begann sie mit der Planung für die Bewältigung der Gesundheitskrise?

Das BAG hat bereits im Dezember die Lageentwicklung in China verfolgt. Ende Januar (23.1.) wurde BAG intern eine Taskforce etabliert und die Planung der Bewältigung vorangetrieben.

  • Nach welchem Modell richtet der Bundesrat sein Vorgehen gegen die Pandemie aus?

Das BAG richtet sein Vorgehen nicht nach einem Modell aus, wir verfolgen die Lage und die aktuellen Zahlen von Infizierten, Hospitalisierten und Toten. Da nur sehr wenige Daten über das Coronavirus vorliegen sind die Modelle nur sehr ungenau.

  • Welche Maßnahmen wurden im Januar und Februar 2020 getroffen, um sich auf die Gesundheitskrise von Covid-19 vorzubereiten?

In der Anfangsphase hat das BAG die Strategie des Containment gefahren. Eine erkrankte Person in der Schweiz wurde per Verfügung unter Quarantäne gestellt und die Kontaktpersonen in eine Selbstquarantäne geschickt. In dieser Phase versuchte man jede infizierte Person zu identifizieren und zu kontrollieren. Problematisch, dass zwischen der Infektion und dem Auftreten von Symptomen mehrere Tage liegen.

Freundliche Grüsse

Daniel Storch

Daniel Storch
Stabschef Taskforce COVID19
Eidgenössisches Departement des Innern EDI
Bundesamt für Gesundheit BAG